Accueil > A la une > Khenchela : La source thermale d’Aquae Flavianae (Hammam Essalihine)

Khenchela : La source thermale d’Aquae Flavianae (Hammam Essalihine)

Hammam Essalihine, Aquae Flavianae à l’époque romaine ou Fontaine-Chaude à l’époque colonial, est un bain romain qui existe depuis plus de 2 000 ans. Il est situé dans la commune d’El Hamma, site touristique et thérapeutique, à 7 km de Khenchela (Algérie). Son exploitation remonte à l’époque romaine.

Selon les inscriptions, le complexe a été exploité ou probablement reconstruit durant la dynastie des Flaviens dans le temps de Vespasien en 69 apr. J.-C. Une autre inscription indique que le lieu a subi une réparation par Septime Sévère en 208 apr. J.-C. Aquae Flavianae est le premier nom de Hammam Essalihine de notre ère du nom de l’empereur Romain de l’époque : TITUS FLAVIUS VESPANUS (10 – 79 après J.C) grand reconstructeur de Rome après son incendie sous NERON et grand promoteur des services hydrauliques romains. L’installation thermale remonte donc à l’époque des empereurs flaviens, ce que confirme une dédicace de 76 à Vespasien et Titus. Plusieurs inscriptions attestent sa fréquentation au cours du iie siècle et à l’époque sévérienne.

Le site est restauré en 208 par un corps de soldats et c’est sans doute sous Elagabal qu’est construit un temple aux nymphes (Albertini). Une dédicace au numen des nymphes et au dieu Draco paraît dater de la seconde moitié du iiie siècle au plus tôt. Différentes traces de remaniements sont visibles sur le site. L’établissement a été remis en eau après son dégagement (Fontaine-Chaude) et est devenu, de nos jours, un centre animé (Hammam Essalihine).

Hormis l’été, les autres saisons de l’année sont toutes propices à des séjours plus ou moins prolongés ou simplement à des excursions familiales au centre thermal de Hammam Essalihine de Khenchela. Située à 10 km du chef-lieu, cette station touristique est connue depuis l’antiquité et surtout à l’époque romaine pour avoir servi de centre de soins à de nombreux types d’affections telles que certains maladies osseuses et cutanées, rhumatismes, bronchite chronique, insuffisance respiratoire, etc.

Le bloc thermal se compose de 5 piscines dont deux sont des ruines de l’époque romaine qui conservent toujours les vestiges romains tels que les bassins d’eau, les colonnes de marbre et les inscriptions latines. Le complexe propose :  – 5 piscines d’eau chaude dont 2 piscines à l’air libre pour homme – 45 chambres pour loger les visiteurs et les curistes – Une piscine rectangulaire 13.80m/10.05m, pour une profondeur de 1.45 m – Une piscine circulaire 8m de diamètre et une profondeur de 1.45 m.

La source de Hammam Essalihine est très riche en minéraux, cette eau est si pure qu’elle n’a besoin d’aucun filtrage, elle refroidit naturellement avant d’arriver dans les bassins où elle est continuellement brassée, la température de ses eaux avoisine les 70 °C et sa composition chimique lui confère des propriétés thérapeutiques indiquées pour les maladies rhumatismales, respiratoires et dermatologiques. La station thermale enregistre jusqu’à 700 000 visiteurs annuels, situé dans une région montagneuse et forestière (Aurès) au climat particulier, c’est un lieu de prédilection pour les nombreux touristes. La piscine romaine circulaire est unique au monde et le vestige a souvent été réhabilité.

Nichée au fond d’une vallée dominée par de belles montagnes boisées au fond d’une chaîne dont le majestueux Djebel Ras Serdoune (littéralement Djebel tête de mule / (1 500 m d’alt.), les anciens bains conservent toujours les vestiges romains tels que les bassins d’eau, les colonnes de marbre et les inscriptions latines. 

Devant l’affluence croissante, cette station a vu, au fil des années, ses structures d’accueil se développer : en effet, en plus de l’ancien établissement thermal qui compte 44 cabines, on a construit 2 hôtels privés avec cafétérias-restaurants et 3 centres de repos appartenant aux enseignants, aux moudjahidine et à la mutuelle des postes.  Une salle omnisports, une agence postale, un poste de gardes communaux et quelques kiosques multiservices se côtoient pour former un embryon et pôle urbain en bordure de l’oued. 

Synthèse web

 


Source photo : Aquae Flavianae par Ghezaltar sur Flickr


Situation de la station thermal par rapport à la ville de Khenchela (Algérie)

Les thermes romains Cas d’étude Hammam Essalihine : LIRE 
Page facebook : hamam.salhin.khenchela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *